Editorial de la présidente

La Société Française du Cancer évolue.

 

Dans les missions de la Société française du cancer (SFC), la stimulation de la formation et la recherche ainsi que la diffusion du savoir dans le domaine du cancer sont plus que jamais nécessaires avec l’explosion du génotypage tumoral et le rôle croissant du stroma qui vont de pair avec l’inflation des essais cliniques notamment de nouvelles thérapies. Assurer l’accès aux connaissances fondamentales sur les mécanismes d’actions et les cibles potentielles des nouveaux traitements est essentiel pour une prise en charge intelligente et vigilante des malades. De même, l’innovation se nourrit de l’échange entre chercheurs et oncologues et la SFC s’engage pour faciliter ces échanges, participer à la formation et l’éducation et transmettre l’expertise et la connaissance.

L’année 2016 a été l’occasion de nombreux changements dans l’activité de la SFC. Celle-ci s’est dotée d’un conseil scientifique composé de 18 membres, médecins oncologues et chercheurs représentant toutes les disciplines impliquées dans la prise en charge des cancers et l’innovation thérapeutique (oncologues, anatomopathologistes, radiothérapeutes oncologues, statisticiens, biologistes, chirurgiens, épidémiologistes, généticiens, pharmaciens, hématologues). Ce conseil a émis des recommandations et proposé de nouvelles actions qui se sont mises en place cette année et vont se développer dans les années qui viennent.

La mission première de la SFC est de stimuler la diffusion des savoirs. Pour cela, elle s’appuyait sur l’organisation d’un grand congrès annuel de langue française qui a durant de nombreuses années marqué l’actualité scientifique et médicale dans ce domaine. Celui de 2016 a permis de mettre en valeur les thématiques des nouveaux médicaments, du micro-environnement tumoral, de l’immunité antitumorale, de processus métastatiques, publiés dans un numéro spécial du Bulletin du cancer. Cependant, l’évolution des techniques de communication et la multiplication des événements de ce type nous ont amenés à faire évoluer ce congrès vers une forme plus conviviale, plus originale et plus diversifiée. Le prochain congrès prévu les 21 et 22 septembre 2017 se fera en collaboration avec le Collège national des enseignants en cancérologie (CNEC) et portera sur : les nouvelles AMM, les actualités les plus brûlantes en chirurgie, en radiothérapie et en biologie avec la révolution de CRISPR/cas 9. Les meilleurs travaux cliniques et fondamentaux de doctorants seront présentés synthétiquement et des prix couronnant les plus novateurs seront remis. Enfin, une session sera consacrée aux cancers du sein et une autre aux cancers bronchopulmonaires, suivant un mini symposium. De plus, afin de multiplier son activité de diffusion la SFC soutient désormais les initiatives d’organisation de meetings, workshops ou symposium dans le domaine du cancer que ce soit au niveau de la recherche fondamentale, translationnelle ou clinique en France. Ainsi cette année, 3 événements ont bénéficié du soutien de la SFC : le cours « Genome instability & human disease » à Paris du 9 au 13 mai 2016 ; le Meeting « Telomere Biology in Health and Disease » à Paris du 19 au 21 octobre ; le Workshop « High dose rate radiotherapy » à Orsay le 1erdécembre. Deux événements en province sont déjà prévus pour l’année 2017 : le 2nd Sunrise Meeting « Stem cells and cancer » à Montpellier les 26 et 27 juin et le symposium du CRCL à Lyon du 25 au 27 septembre. Enfin, la SFC contribuera avec plusieurs autres sociétés savantes au congrès « The New ICACT 2017 ».

La SFC renforce son activité de formation en s’associant au CNEC pour organiser le cours national des internes en 2016. Cette initiative sera reconduite et intensifiée et la SFC introduira des sessions validantes lors du prochain congrès annuel (sous l’égide du conseil scientifique, de nombreuses actions pour les internes et jeunes médecins vont être mises en place). Une des actions emblématiques est la création de cours en ligne sous forme de Massive Open Online Courses (MOOC), qui seront accessibles gratuitement sur le site de la SFC (en reconstruction complète).

La SFC poursuit ses formations auprès des internes et des biologistes notamment de l’industrie.

La SFC souhaite renforcer ses liens avec le Bulletin du cancer en incitant les partenaires organisant des événements majeurs avec son soutien à en faire profiter la communauté francophone par la publication de comptes rendus et d’articles de revue ou de travaux majeurs.

La SFC structure son activité de conseil. Au cours de l’année des membres de la SFC ont participé en son nom à : des réunions de la Direction générale de l’organisation des soins (DGOS) sur la Liste en sus-indications DGOS « Avis sur la procédure d’inscription et de radiation » de la LES (SFC représentée par Michel Marty) et sur le Plan national 2015–2018 pour le développement des soins palliatifs et l’accompagnement en fin de vie (SFC représentée par Pierre Verrelle) ; au projet de l’HAS d’élaborer, dans le cadre de son programme de travail, un « algorithme d’aide à la décision d’orientation des patients en hospitalisation à domicile (HAD) à destination des médecins prescripteurs » (SFC représentée par Frédérique Cvitkovic) ; au groupe de travail de la Société française d’accompagnement et de soins palliatifs (SFAP) sur la sédation (SFC représentée par Frédérique Cvitkovic) ; à la conception de rapports HAS sur les Soins palliatifs « Comment améliorer la sortie de l’hôpital des patients adultes relevant de soins palliatifs ? » (SFC représentée par Michel Marty) et Groupe de travail « cancer colorectal : populations et modalités de dépistage des niveaux de risque élevé et très élevé » (SFC représentée par Thierry André).

La SFC s’investie auprès de l’INCa en participant à la labellisation de recommandations et référentiels nationaux de bonnes pratiques cliniques en cancérologie, à l’ interrogation sur le traitement des cancers du sein et plus particulièrement sur la place actuelle des inhibiteurs de l’aromatase dans l’arsenal thérapeutique disponible (SFC représentée par Thierry Petit) et à la relecture nationale des documents du projet d’actualisations des recommandations sur les traitements du mélanome de stade III inopérable ou de stade IV (prévu courant février 2017 sur une période de 4 semaines, SFC représentée par Benoît Rousseau). La SFC soutient la demande de la Société française de sénologie et de pathologie mammaire (SFSPM) de s’insérer dans l’appel d’offres de l’INCa comme porteur de projet pour le cancer du sein.

Afin d’améliorer ce rôle majeur d’expert la SFC constitue un annuaire d’expertise et sollicite de plus en plus souvent ses membres pour participer aux réflexions et décisions des instances nationales.

L’année 2017 sera vouée à la modernisation de nos moyens de communication, de formation et de conseil afin de faire évoluer la SFC vers un instrument au service de toute la communauté pour améliorer l’accès à la connaissance et aux progrès les plus récents dans les traitements et la prise en charge des patients. Cette évolution se fait grâce à l’investissement des membres de la SFC qui mettent à la disposition des institutions ainsi que de l’ensemble des communautés scientifiques et médicales leurs expertises et leurs savoir-faire.